Page 1 sur 1

Message d'Audrey : Soulèvement pour la libération animale

Publié : 24 nov. 2016, 13:49
par Léo
Salut, comme je l'avais dit à Stéphane, je poste ici le message d'Audrey pour ceux qui n'ont pas facebook (c'est assez dense):


SOULEVEMENT POUR LA LIBERATION ANIMALE (j’ai mis ce nom mais toutes les idées sont les bienvenues)
A LIRE OBLIGATOIREMENT et ENTIEREMENT DES QUE VOUS INTEGREZ LE GROUPE
Ce groupe est créé pour tenter de rassembler des militants VRAIMENT prêts à s’investir dans l’abolition de l’esclavage animal.
Vous pouvez donc suggérer à vos contacts fiables et motivés d’intégrer ce groupe mais bien s’assurer d’abord d’avoir compris le but, les objectifs de ce groupe.
Les membres de ce groupe seront logiquement vegans, bien que nous acceptions qu’ils ne le soient pas forcément s’ils sont en transition mais convaincus.
Le but est de se réunir pour rassembler nos idées, trouver quelles sont celles qui ont le plus de chance d’aboutir ou en tout cas de faire avancer le combat de la libération animale. J’insiste sur ce point : nous sommes abolitionnistes : nous ne militons pas pour des cages plus grandes mais pour l’abolition des cages.
Après la diffusion de la 5ème vidéo de L214, nous avons pensé qu’il est temps, grand temps de s’organiser pour être rassemblés, efficaces, novateurs et enfoncer le clou déjà planté par L214.
Bien qu’un peu déçue de certains membres de 269 Life Libération Animale, je persiste à dire que leurs actions sont le type d’action qu’il faut dorénavant envisager.
Le but de ce groupe n’est pas d’organiser des manifestations ou happenings, il y en a des centaines, partout et force est de constater que cela est loin de suffire.
Force est de constater également que les pétitions n’ont plus aucun intérêt, il est donc inutile de compter sur les manifestations, les pétitions pour obtenir l’abolition de l’esclavage animal.
Il suffit de regarder sur les 10 dernières années le nombre de manifestations qui ont eu lieu pour comprendre que cette multiplication démotive les troupes et il faut aussi tenir compte du coût que représente de nombreuses manifestations tout au long de l’année pour les militants. Par conséquent, moins de monde aux manifestations, donc moins de poids, et moins d’enthousiasme.
Nous attendons d’avoir le manifeste qui a été travaillé par 27 associations (les petites n’ayant pas été consultées…) au sein de l’Assemblée Nationale, afin de savoir si nous avons des choses à y ajouter (très certainement puisqu’une bonne part des 27 associations sont welfaristes), et pour savoir de quelle manière nous soutiendrons ce manifeste présenté aux candidats à la présidentielles.
Ainsi, nous avons pensé à organiser une manifestation nationale sur les Champs Elysées afin de bloquer Paris (mais il faudra mobiliser + que 500 personnes) jusqu’à ce que nous obtenions l’ensemble de nos demandes (donc le contenu du manifeste + nos ajouts). Cette piste est à creuser.
Néanmoins, nous ne voulons plus nous contenter de compter sur la politique pour changer les choses puisqu’on le sait, ce système capitaliste gagne de l’argent sur la souffrance animale. Il est donc illusoire de croire que c’est précisément ce système qui scierait la branche sur laquelle il est assis.
C’est donc pourquoi, après les pétitions, les manifestations, ce que les grandes associations ont fait depuis 40 ou 50 ans ou plutôt ce qu’ils n’ont pas fait et qu’ils auraient pu faire, le temps perdu (et donc autant de vies sacrifiées chaque seconde), les vidéos de L214 (seule association depuis 40 ans à avoir VRAIMENT fait avancer la cause concrètement), il est évident que nous devons appuyer ce travail fait par L214 pour continuer à affaiblir ce système d’esclavage qui maintient nos frères à l’état d’objets.
Nous souhaitons agir comme si c’était nos enfants qui étaient prisonniers d’un bourreau. Resterions nous pacifistes ??? Polis et courtois ? Continuerions à respecter la loi si elle maintient notre enfant légalement comme esclave de son bourreau ??? NON ! Nous entrerions illégalement chez le bourreau et nous mettrions toutes nos forces à faire cesser cette horreur. Si c’est votre chien qui était prisonnier d’un abattoir, seriez vous fataliste en vous disant « pour celui là, je ne peux rien, je me bats pour ses frères » ? Non ! On se battrait physiquement pour le libérer.
Alors pourquoi se satisfaire d’être vegan, de signer des pétitions et d’aller à des manifestations ? Surtout quand on constate qu’au final, la cause avance tellement peu vite qu’il faudrait des siècles pour que le combat aboutisse.
Quand une stratégie ne fonctionne pas, il faut en changer, et cela jusqu’à ce que l’avancée soit concrète, ce qu’à fait L214.
Mais allons nous nous contenter de leur travail en attendant qu’à eux seuls ils parviennent à venir à bout de ce système ?
NON ! Donc il nous faut trouver toutes les stratégies possibles pour ne plus laisser de place aux ordures qui font des animaux des objets de consommation.
Concrètement, chacun d’entre nous va ajouter les contacts fiables qui souhaitent participer aux actions, puis nous réfléchirons aux actions NOUVELLES que nous pouvons engager, leur forme, le matériel nécessaire, la communication (pour l’impact médiatique nécessaire à la diffusion de l’action), aux façons de mobiliser beaucoup de monde, aux limites de nos actions, aux risques etc.
Nous pensons que nous pourrons commencer les actions en Janvier 2017 et ensuite se fixer un objectif d’une action choc par mois si possible.
Nous réfléchirons ensemble où il faut intervenir à quelle fréquence etc. Mais prenons un exemple concret : on peut imaginer que l’action de Janvier 2017 soit dirigée vers les abattoirs : nous avons pensé à quelques idées :
 Entrer dans l’abattoir et se mettre sur les chaînes d’abattage pour forcer l’arrêt de celle-ci
 Encercler le parc des animaux et s’enchaîner et essayer d’en sauver bien sûr si possible.
 Couper l’électricité de l’abattoir (mais ils ont des groupes électrogènes)
 Prendre des cadavres d’animaux dans les bennes pour ensuite les étaler dans les rayons des supermarchés ou dans les caddies des clients qui ont de la viande.
Il faudra ensuite savoir si nous organisons une seule grande action par exemple à Orléans (centre afin que tout le monde puisse se déplacer), ou bien si nous nous organisons en région et que LE MEME JOUR (très important), nous organisions une action chaque groupe dans sa région.
Il faut ensuite réfléchir si nous changeons de sujet chaque mois : par exemple en Février, nous entrons dans un laboratoire, en Mars nous faisons une action dans un delphinarium…ou bien si sur l’année 2017 nous nous concentrons sur les animaux dits de ferme et que Février nous organiser une action sur les transports (blocage d’un camion sur l’autoroute…)
Il faudra donc un référent par région pour s’organiser en local si les actions sont locales ce qui peut avoir l’avantage de mobiliser les médias autant que de régions mobilisées mais l’inconvénient de diviser la force…à réfléchir.
Il faut que tout le monde comprenne bien que l’objectif n’est pas de violer la loi à tout prix, ni d’utiliser la violence. Le but est d’atteindre nos objectifs et s’il faut violer la loi pour cela, tant pis. Si nous devons nous défendre (j’ai bien dit se défendre), nous serons également aussi contraints d’utiliser la violence si nous en recevons. En revanche, nos actions ne doivent pas aboutir à la mort d’un humain et bien évidemment pas non plus d’un animal.
Concernant la communication et puisque cela a souvent posé problème dans l’organisation d’actions : nous communiquerons librement sur ce groupe parce qu’il faut absolument arrêter de se cacher : nous militons pour libérer des êtres vivants donc nous n’avons pas à avoir honte, ce que nous faisons n’est pas immoral.
Nous pourrons donc dire tout ce que nous prévoyions sur ce groupe SAUF les lieux d’action (simplement pour ne pas être accueillis par un car de CRS).
Donc si nous prévoyions une action à 30 kms de la Rochelle par exemple, nous nous donnerons rendez vous à la Rochelle à une date et une heure précise et ENSUITE nous communiquerons aux participants le lieu de l’action.
Pour la communication, en Pays de Loire nous avons la chance d’avoir une journaliste France 3 végétarienne à tendance vegan. Il nous faudra vraiment travailler ce point afin que par exemple, si nous entrons dans un abattoir pour bloquer la chaine d’abattage, cela soit filmé par les médias.
Plus nous sommes nombreux dans ce groupe, plus les idées seront variées et plus nous aurons donc de chance de trouver la bonne idée que malheureusement personne n’a eue ou pu mettre en place jusqu’ici.
Il faudra simplement que nous arrivions à nous structurer, ce qui est souvent le problème dans ce genre de groupes dès l’instant où il y a plus de 15 participants.
Donc, que nous décidions de prévoir une seule action nationale ou plusieurs actions en locales, nous créerons un groupe par région ou par département et chaque groupe nommera une personne qui se chargera de faire le relais pour son groupe afin de faciliter les choses.
Compte tenu de la forme de nos actions, ces actions ne pourront pas être déclarées (sinon elles n’ont aucune chance d’aboutir…).
Il faudra donc que nous sachions pour chaque action ce que chacun d’entre nous risque, mais nous pouvons déjà prévoir une interpellation, une garde à vue pour chaque action et peut être un procès et éventuellement une condamnation.
Nous devons être tous solidaires et si dans ce groupe de citoyens, certain(e)s ne peuvent pas se voir, il faudra vraiment passer outre ces ressentis personnels pour le bien commun parce qu’il ne restera rien de nos querelles dans 100 ans…En revanche, nos échecs dus à la division eux, resteront et coûteront la vie à autant d’animaux.
Nous ne savons pas encore s’il est utile de revendiquer ces actions au nom de notre association (Ligue Universelle pour la Nature et les Animaux) ou d’une autre ou bien d’agir en tant que citoyen, tout simplement. Ce point sera à évoquer tous ensemble.
Voilà donc une présentation de ce groupe, merci de m’avoir lue et ce sera tout pour ce soir. Vous pouvez donc déjà lister vos idées et remarques et je vais essayer de trouver une solution pour structurer ce groupe afin que ce ne soit pas un joyeux bordel incompréhensible et que les sujets puissent être lus, vus et traités facilement par chacun d’entre nous.
Merci à tous les membres de ce groupe, grâce à vous j’ai l’impression que je suis encore utile à quelque chose et je sais que certains d’entre vous ont besoin aussi enfin d’entrer en guerre car ils savent que les méthodes qui ont été utilisées jusqu’ici ne feront concrètement pas avancer grand-chose.
A bientôt donc, cette fois je me tais (oui j’ai un vilain défaut je suis très bavarde lol)
Veganement vôtre
Audrey.